Une étude menée en collaboration par le Laboratoire d’Optique Atmosphérique de l’Université de Lille et le Department of Atmospheric Sciences de University of Utah, a mis en évidence la très forte sensibilité des nuages arctiques aux panaches de pollution issus des moyennes latitudes.
Pour cette étude, les données issues des capteurs POLDER3/PARASOL et MODIS/AQUA ont été couplées aux informations sur les conditions météorologiques issues d’ERA-Interim et à des informations sur la concentration en CO atmosphérique modélisée à partir de GEOS-CHem v9-01-03 (Bey et al., 2001).

Analysis of pollution interaction with clouds in the Arctic. Credits: Q. Coopman – LOA – U. Lille / U. of. Utah.


Les interactions des aérosols avec les nuages arctiques peuvent avoir de fortes conséquences sur les propriétés radiatives des nuages et donc sur leur forçage radiatif dans une région où le réchauffement climatique est deux fois plus rapide que la moyenne globale. L’impact des aérosols sur les paramètres microphysiques des nuages reste cependant mal compris et son intensité reste très incertaine. De plus, la concentration en aérosol et les paramètres météorologiques sont très souvent corrélés. Il est donc intrinsèquement difficile de distinguer l’effet des aérosols sur la microphysique des nuages de celui de la variabilité thermodynamique naturelle qui gouverne au premier ordre la formation et les propriétés des nuages.

Article :
Quentin Coopman, Timothy J. Garrett, Douglas P. Finch, Jérôme Riedi (2017). High sensitivity of Arctic Liquid Clouds to Long-Range Antrhopogenic Aerosol Transport. Geophysical Research Letters, 44. doi: https://doi.org/10.1002/2017GL075795

Article EOS :
Arctic clouds highly sensitive to Air pollution.
https://eos.org/scientific-press/arctic-clouds-highly-sensitive-to-air-pollution

Les données MODIS et POLDER-3 sont disponibles en ligne au catalogue AERIS et diffusées par ICARE/AERIS: http://www.icare.univ-lille1.fr/archive?dir=PARASOL/PM-L2/
Les données ERA-Interim peuvent être téléchargées à partir du site ECMWF : http://www.ecmwf.int/en/research/climate-reanalysis/era-interim.
Le code source du modèle GEOS-Chem utilisé (v9-01-03) dans l’étude est librement disponible sur : http://acmg.seas.harvard.edu/geos/